Archives de Tag: Sisteron

Le festival « Pierre Magnan » à Sisteron, un beau programme à ne pas manquer


2014 pierre magnan

2014 pierre magnan2

Salon des métiers d’art à Sisteron


2014 métiers d'art sisteron

Fête de l’agneau à Sisteron les 30 et 31 mai 2014


Les 30 et 31 mai (aujourd’hui, courez-y vite), Sisteron accueille la fête de l’agneau. L’agneau de Sisteron est une production du terroir doté du Label rouge parce qu’élevé selon des règles lui assurant un développement sain sur un terroir particulier, celui de nos pré-alpes du sud si riches en bonnes plantes. Les races concernées sont  les Mérinos d’Arles, les Préalpes du Sud et les Mourérous.

Les brebis doiv Lire la suite

Les 59èmes Nuits de la Citadelle à SIsteron


2014 festival de sisteron 3

Le programme des 59èmes Nuits de la Citadelle à Sisteron est prestigieux. Prenez-en connaissance ici et faites vos réservations. Bonnes vacances dans les Alpes de Haute-Provence ! Consultez le programme puis revenez ici pour obtenir le bulletin de réservation en cliquent sur l’image ci-dessous à imprimer et à renvoyer à l’adresse indiquée :  Lire la suite

La collection de photographies de Saint-Marcel Eysseric, des documents exceptionnels datant d’un siècle!


Les Archives départementales ont le plaisir de vous annoncer la mise en ligne , sur le site Internet des Archives départementales (www.archives04.fr) 1 675 négatifs photographiques sur plaques de verre de la collection Saint-Marcel Eysseric, rubrique archives en ligne. Ces clichés sont exceptionnels à plus d’un titre : de par la géographie qu’ils révèlent (Alpes et Provence), les thèmes traités (la ville, la campagne, le peuple, la famille…), la chronologie – les images courent de 1860 au début du xxe siècle… Saint-Marcel Eysseric montre les villes, les bourgs et les villages de la Provence et des Alpes, leurs églises, leurs places, leurs habitants et leurs maisons, leurs costumes, leurs animaux, ici et là des pans de vie quotidienne.

Vous pouvez accéder directement à ce fonds en cliquant sur ce lien :  http://archivesenligne.archives04.fr/

A la recherche du « crocus sativus »


Il existe en Haute Provence une jeune femme passionnée par la culture du safran. J’ai décidé d’aller la rencontrer.

Je me suis rendue pour cela au Forest Lacourt, joli petit village situé tout prés de Bayons au nord-est de Sisteron.

Rose-Marie Garcin est une jeune trentenaire qui cultive depuis 5 ans le « crocus sativus » (bulbe de safran).
 
  «C'est en regardant un reportage sur Arte de la culture du safran en Iran que j'ai eu le déclic et que j'ai décidé de faire pousser ces jolies fleurs mauves qui donneront ce que l'on appelle l'or rouge ! Mais ce sont les 3 stigmates rouges sang que l'on récolte » me dira-telle.
Ce safran, elle le cultive sur la terre héritée de son grand-père, à 900 mètres d'altitude.
 
 « Saviez-vous » me dit-elle « qu'au 16e siècle, la Provence produisait du safran rapporté d'orient par les croisés ? On le cultivera jusqu'au 19e siècle. »
La culture est ensuite tombée en désuétude, les maladies, les attaques de rongeurs et de fortes gelées ont fini par décimer les bulbes.
 
Ajoutons a cela une main d'œuvre trop chère : il faut 150 fleurs pour un gramme de safran sec, et tout se fait à la main.
 
 

 C’est en plein mois d’août que Rose-Marie plante ses bulbes, mais c’est en automne qu’aura lieu la récolte et ce, pendant 4 semaines. Petit à petit, le champ se colorera de fleurs violettes.

Très tôt le matin Rose-Marie va les cueillir, puis en recueillera les précieux stigmates, les séchera au four et les mettra dans des bocaux.

Puis viendra le temps de délicieuses confitures safranées. Je les ai goûtées, c’est un régal !

Alors, si vous voulez allier expériences poétique et gustative, partez vous aussi, à la découverte de cette fleur magique et je suis prête à parier qu’elle vous envoûtera.

 Evelyne Grimaud

 

Le secret des andrones


Vous avez vu le mardi 4 septembre sur France 3, le téléfilm « Le secret des Andrônes », adaptation d’un des romans de Pierre Magnan, écrivain réputé, aujourd’hui disparu et regretté, de notre département (Manosque). L’histoire se déroule en 1963: hécatombe dans les Basses-Alpes! L’infirmière personnelle de Mme Gobert est précipitée dans le vide. La veuve Gobert, handicapée depuis après-guerre, croit à une malédiction. Peu après, deux femmes de son entourage meurent : sur chacun des corps, le mystérieux tueur a laissé une vieille carte de visite…Le commissaire Laviolette enquête sous les traits de Victor Lanoux.

Une partie du tournage s’est fait à Saint Vincent-sur-Jabron avec le recrutement sur place de quelques personnes de la vallée : on voit surtout l’église du village au début du film lors du premier décès, puis quelques vues de la vallée dans la suite du film.

De plus, pour les Alpins de Haute Provence, les noms de villes et de lieux familiers nous rappellent de bons souvenirs… Voici quelques photographies prises lors du tournage par notre amie Amandine Tormento.