Archives de Catégorie: Sciences

Le Valais et le loup


 

la-fontaine-loup-agneau

Illustration: Justine Tardy        site Diaposon centre de médiation

Le loup est un sujet brûlant dans le département. Notre site n’a jamais traité de cette question. Non que nous soyons désintéressés, car nous suivons les débats. Nous savons tout simplement qu’il s’agit d’un problème majeur, qu’il est étudié par des experts sérieux, mais qu’il y a aussi des polémistes patentés qui interférent. Dans ce climat, notre ambition est de comprendre, donc d’écouter les premiers et de leur poser des questions sans pour autant être la cible des seconds.

Ce problème est aussi présent dans des pays voisins, et nous donnons ci-dessous un lien vers un article du quotidien suisse le Temps qui décrit la situation dans le Valais. Nous le complétons par un lien vers un site consacré à : « L’écologie des carnivores et la gestion de la faune sauvage« . Chacun pourra y trouver des informations pour approfondir ses connaissances sur ces problèmes, dans l’espoir que l’objectivité soit toujours présente dans les esprits.

http://www.letemps.ch/suisse/2016/03/08/valais-veut-peau-loup-restriction?utm_source=Newsletters&utm_campaign=935c2db66c-generale&utm_medium=email&utm_term=0_56c41a402e-935c2db66c-109479013

http://kora.ch/index.php?id=1&L=2

 

La maison européenne de la photographie et les Alpes de Haute-Provence


hydropithèqueA la Maison européenne de la photographie le photographe catalan Joan Fontcuberta présente une exposition de photos insolites sur les restes fossilisés d’une espèce datant de prés de 18 millions d’années qui vivait dans la région dignoise à une époque où la Provence était recouverte par la mer. Lire la suite

L’énergie solaire, les Alpes de Haute-Provence ont un fort potentiel


 L’énergie solaire se classe dans les énergies renouvelables au même titre que l’hydraulique, l’éolien, la géothermie, la biomasse. Renouvelables car quasiment inépuisables contrairement aux énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) qui à terme vont s’épuiser et contribuent au réchauffement climatique.

L’énergie du soleil est présente partout sur Terre et ce pour une très longue période si on en croit la durée de vie estimée du Soleil. Facile à recueillir et à transformer en chaleur ou en électricité, elle ne produit pas de pollution ni de déchets.

Fort de ses 2 750 heures d’ensoleillement annuel, le département des Alpes de Haute-Provence constitue une communauté privilégiée pour le développement du solaire photovoltaïque que ce soit en toitures de bâtiments ou en centrales au sol.

Comme le montre le Schéma départemental des énergies nouvelles du 04, que vous pourrez consulter sur le site du Conseil Général pour en connaître le détail, les orientations sont ambitieuses.

Le développement de l’énergie photovoltaïque constitue une des grandes priorités du département et une attention particulière sera portée aux initiatives relatives aux projets utilisant les technologies nationales et européennes les plus modernes. Le montant des investissements correspondant s’élève à environ 2 milliards d’euros, ce qui correspond à de nombreux emplois.

Des projets à suivre avec attention.

Une entreprise bas-alpine fait de l’eau avec du vent! Et des heureux dans les déserts!


La société Eole Water a mis au point une éolienne a double fonction, très remarquée dans le milieu des Organisations non gouvernementales à vocation humanitaire, et pour cause, elle permet de produire de l’eau dans les zones sous stress hydrique. La société EOLE WATER est implantée à la Zone d’activités des Bastides Blanches à Sainte Tulle (04220) http://www.eolewater.com

Contrairement à son apparence, l’éolienne développée par la société bas-alpine Eole Water n’est pas une éolienne comme les autres. Si, à l’instar de ses concurrentes, elle est capable de produire de l’électricité à partir du vent, elle offre également une solution au manque d’accès à l’eau. Grâce à un condenseur intégré dans son châssis, elle capte en effet l’humidité présente dans l’air pour la mettre à disposition des utilisateurs finaux.

L’énergie générée par le rotor de l’éolienne alimente ainsi un compresseur frigorifique qui, grâce à un échangeur de chaleur, condense l’humidité présente dans l’air ambiant. Passée de l’état gazeux à l’état liquide, cette humidité s’écoule ensuite à l’intérieur du mat de l’éolienne jusqu’au réservoir situé dans sa base. L’électricité résiduelle peut être directement utilisée ou injectée dans un réseau existant.

Autre caractéristique intéressante, Eole Water propose un modèle conventionnel fixe et un modèle dit mobile, facilement transportable. Ce dernier est intégré à un container de 20 pieds qui peut être installé dans les lieux temporaires tels des camps de réfugiés ou des lieux de secours en cas de catastrophes.

Les quantités d’eau et d’électricité produites dépendent de plusieurs facteurs: la force moyenne des vents bien entendu, mais également la température moyenne et le taux d’humidité relative présente dans l’air. Enfin la taille de l’éolienne sera à adapter aux conditions et aux besoins du milieu.

Voici les caractéristiques annoncées par l’entreprise.

Actes du séminaire d’ethnobotanique. Volume 5


  Les plantes et le feu
Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon 21-22 octobre 2010
Lire la suite

Salagon: Fête de la Science


16 octobre
Fête de la Science
2011
Visite de site
Journée portes ouvertes au musée et dans les jardins de Salagon
Dimanche 16, de 10h à 18h
Grand public
Exposition
H’être, Photographies d’Alain Blancard
Un dialogue s’est installé entre le photographe et l’arbre, au fil des ans et des saisons : « Cet hêtre n’aurait jamais dû pousser là tellement les conditions de vie sont dures et défavorables à son espèce. Pour moi, il est un pionnier, un découvreur, un aventurier ».
Salagon vous présente une sélection parmi 2 000 clichés de cet arbre extraordinaire.
Dimanche 16, de 10h à 18h
Grand public
Conférence
Les bois carbonisés témoins des végétations du passé par Michel Thinon, chercheur en phytoécologie au CNRS
La carbonisation du bois transforme les tissus végétaux en carbone, matière résistante et inaltérable conservant les caractéristiques des cellules. Par l’étude et l’observation microscopique, les scientifiques peuvent déceler son origine végétale et le situer dans le temps et l’espace. Il montre aussi que l’homme est un facteur fondamental de la genèse des paysages végétaux actuels.
Dimanche 16, de 15h à 17h
G
rand public
Proposé par
Salagon, musée et jardins – Mane
Contact : 04 92 75 70 50 / info-salagon@cg04.fr / http://www.musee-de-salagon.com

ITER, qu’est-ce que c’est?


ITER, un projet international de recherche appliquée, très ambitieux et aussi très critiqué, aux portes du département des Alpes de Haute-Provence, voilà qui ne pouvait laisser indifférents les Alpins de Haute-Provence à Paris. Nous nous sommes donc rendu sur place le 4 août 2011 pour nous faire expliquer, voir et comprendre, et ensuite, consolider notre réflexion et nos appréciations. Cette approche critique viendra progressivement à partir d’information prises à la source.

Pour l’instant qu’avons nous retenu? Lire la suite