Archives de Tag: Castellane

La collection de photographies de Saint-Marcel Eysseric, des documents exceptionnels datant d’un siècle!


Les Archives départementales ont le plaisir de vous annoncer la mise en ligne , sur le site Internet des Archives départementales (www.archives04.fr) 1 675 négatifs photographiques sur plaques de verre de la collection Saint-Marcel Eysseric, rubrique archives en ligne. Ces clichés sont exceptionnels à plus d’un titre : de par la géographie qu’ils révèlent (Alpes et Provence), les thèmes traités (la ville, la campagne, le peuple, la famille…), la chronologie – les images courent de 1860 au début du xxe siècle… Saint-Marcel Eysseric montre les villes, les bourgs et les villages de la Provence et des Alpes, leurs églises, leurs places, leurs habitants et leurs maisons, leurs costumes, leurs animaux, ici et là des pans de vie quotidienne.

Vous pouvez accéder directement à ce fonds en cliquant sur ce lien :  http://archivesenligne.archives04.fr/

Verdons, une revue à connaître



verdons n°36

Sommaire du numéro 36

« Toute frontière, comme le médicament, est remède et poison. »

Régis Debray, Eloge des frontières, Gallimard 2011

Editorial de Jacques Lecugy

Les limites des « comtés » en Provence centrale avant le XIIème siècle par Jacques Cru

La taxe et le territoire: L’octroi municipal et de bienfaisance à Digne par Guy Reymond

Territoires et allers-retours des hommes entre Piémont et Provence par Jean-Claude Caire

De quelques frontières vacillantes (exemple de Digne) par Patrick Romieu

Des lignes, des bornes et des limites (la ligne du Verdon contre la peste de 1720) par Jean-Claude Barbier

Humains versants (poésie) par Francis Martel

Quand le Var portait bien son nom par la rédaction

Moustiers, dernier arrêt par Marie-José Allègre

Frontières au quotidien par la rédaction

Le Verdon, frontière ou pays ? par Michèle Bizot-Gastaldi – André Coldeboeuf

La « république » écartelée, (Les escartons du Queyras)Jacques Lecugy

Inspection par Marquis de Paulmy

La pierre des trois communes (Montagnac, Baudinard …) par Jacques Lecugy – René Caussignac

Lampedusa, mon amour par Jean-Claude Barbier

Sieyès, Provençal et géomètre par Jacques Lecugy

Clandestin à dix ans par Anne-Marie Grosperrin

Va-et-vient à travers les Alpes par Jean-Claude Caire – Claudine Ferrari

Lo camp de faidits (texte en provençal) par Francis Martel

Limites invisibles par Jean-Claude Caire

Les Passe-mondes (Nouvelle) par Jean-Claude Barbier

Envoi par Francis Martel


Deux sites incontournables sur les Alpes de Haute-Provence


Notre ami Jean-Claude Clariond anime deux sites incontournables sur les Alpes de Haute-Provence.

https://i1.wp.com/www.ubaye-verdon.net/img/B.pnghttps://i1.wp.com/www.ubaye-verdon.net/img/C.gif

Le premier vous donne accès à un « dictionnaire du langage de la vallée de l’Ubaye » qui vous permet de consulter, de manière interactive, une source de données de plusieurs centaines de mots et locutions. 

http://www.ubaye-verdon.net/

Le second vous offre une riche documentation sur le patrimoine et l’histoire des Alpes de Haute-Provence (biographies, bibliographies, histoire des villes et villages, cartes du département à diverses époques, etc.). Un remarquable travail d’érudition à ne pas manquer.

http://jc.clariond.free.fr/

« Du chaos fut engendrée la beauté … »


« Du chaos fut engendrée la beauté … », ainsi débute le guide des Alpes de Haute Provence écrit par Véronique Voirin et illustré par le photographe Robert Callier.

Un guide, ou plutôt un tableau superbement composé avec la poésie des mots et l’élégance des photos pour nous faire embrasser la beauté du département des Alpes de Haute-Provence. Nous l’aimons tous, nous le savons beau. Mais ce petit livre nous restitue aussi, depuis les montagnes enneigées surplombant l’Ubaye jusqu’aux collines embaumées de Haute-Provence, en passant par les Préalpes tourmentées de Digne les Bains et l’horizon bleu lavande du plateau de Valensole, entaillées par la vertigineuse faille du Verdon, une ambiance, un art de vivre, une convivialité des paysages, des objets et des gens d’ici qui le rend encore plus cher. Nous commençons notre voyage au troisième siècle avant J-C, sur les traces de nos ancêtres installées alors sur les bords du Verdon (Quinson) pour aller vers l’ouest, le nord et l’est, mettre en valeur les terres, devenues aujourd’hui productrices d’olives, de lavande, ou pâturages pour le fameux agneau de Sisteron, construire villes et villages perchés ou fortifiés, devenus aujourd’hui « villages de caractère » et hauts lieux de tourisme, herboriser dans les montagnes ubayennes pour trouver le génépi et le transformer en une onctueuse liqueur (attention aujourd’hui, pas de ramassage de génépi dans le parc du Mercantour!) ou dans les collines provençales avec les moines de Ganagobie, saliver dans les « bistrots de pays » ou devant les produits locaux des « maisons de pays ».

Un petit livre bien agréable pour saisir en un regard, histoire, vie rurale et urbaine, économie et gastronomie et redécouvrir villages et paysages de notre enfance parfois un peu oubliés et donner comme une forte envie de retour. Bonne lecture

Le centenaire du Train des Pignes: 3 juillet 2011


Le 3 juillet 1911 circulait entre Nice et Digne les Bains, le premier train de la ligne des Chemins de Fer de Provence, le long d’un parcours sinueux de 150 kilomètres desservant 50 gares et haltes. Aujourd’hui, cette ligne assure deux trains par jour sur la totalité du parcours et une fréquence beaucoup plus élevée dans la seule plaine du Var pour transporter 500 000 voyageurs par an, empruntant ce moyen de transport pour se rendre à leur travail mais aussi pour visiter l’arrière pays niçois, les Préalpes du sud et le pays dignois. Le « train des Pignes », ainsi qu’il est appelé familièrement aujourd’hui fêtera donc son centième anniversaire le 3 juillet 2011. A cette occasion, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur exposera 60 photographies tout au long du parcours, dans les gares, près des ouvrages d’art pour montrer des épisodes de la construction de cette voie ferrée. Lire la suite

Échos des communes: les vœux 2011.


L’année 2011 a commencé avec le froid et la neige dans le département, une nouvelle réconfortante pour le tourisme et la montagne, mais moins bien appréciée pour tous ceux qui doivent emprunter des routes souvent verglacées. Ces conditions difficiles, mais normales pour un département « alpin » et aussi de « haute » Provence n’ont pas empêché la tenue des traditionnelles cérémonies de vœux dans les différentes communes.

Les salles municipales du département ont donc bruissé tout au long du mois de janvier des conversations des administrés venus prendre connaissance des bilans et projets de leurs équipes municipales, et des atouts et contraintes qui allaient marquer la vie de leurs communes pour l’année 2011.

Présidées par les maires, entourées des membres de leurs conseils municipaux, ces réunions ont rassemblés de nombreux administrés, mais aussi les « corps constitués ». Dans les villes et villages, gendarmes, pompiers, enseignants, fonctionnaires étaient ainsi appelés à montrer leur intégration dans la vie locale. Bien entendu les personnes des services municipaux étaient aussi présentes et systématiquement remerciées pour leur travail dans les discours des maires. Le conseiller général du canton était généralement présent, voire parfois des élus régionaux et le Président du Conseil régional, le sénateur M. Domeizel ou les députés, MM. Bianco et Spagnou. Toutes les communes avaient fait salle comble. Lire la suite

Un livre important pour connaître l’histoire du département : les Basses Alpes de Henri Joannet


Henri Joannet, Alpin de Haute Provence attaché à son terroir et auteur de talent sur différents sujets (histoire, nature, …) s’est consacré dans ce livre, tout simplement intitulé « les Basses-Alpes », à faire revivre le département durant la période de 180 ans qui sépare sa création le 4 mars 1790 de son changement d’appellation en Alpes de Haute Provence, le 13 avril 1970. Il dresse avec pédagogie un tableau complet, sans être jamais fastidieux, des caractéristiques majeures qui font toute l’originalité de ce département. La géographie, aux superbes paysages, mais ingrate pour la vie agricole autant qu’urbaine et le tracé des voies de communication. Lire la suite