Archives de Tag: Economie

Patrimoine et biodiversité: la foire de la poire Sarteau à la Javie


Le samedi 6 novembre et le dimanche 7 novembre, l’association « La Javie autrefois  » organisait la quatrième édition de la « Foire de la poire Sarteau ». La poire Sarteau ou Essarteau ou Fusée d’automne, est une poire endémique des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute-Provence, issue du poirier appelé Sartelier. Avec sa chair ferme et sa petite taille, elle est parfaite pour les confitures et les fruits confits, mais elle est difficilement mangeable « au couteau ».

Préparation des Sarteau en poires confites (crédit photo JCA)

Lire la suite

Publicités

Tourisme dans les Alpes de Haute Provence


Digne les Bains dans son site exceptionnel (crédit photo: JCA)

Le tourisme, chacun le pressent, est la première activité économique du département des Alpes de Haute-Provence avec 600 millions d’euros de chiffre d’affaires. Mais cela ne représente que 5,5 % du chiffre d’affaires « tourisme » de la région PACA (Hautes-Alpes : 9% ; Vaucluse : 9,4 % ; Bouches du Rhône : 20,3 % ; Alpes Maritimes : 24,8 % et Var : 30 %).

Au vu de ses caractéristiques géographiques et des activités touristiques pouvant être pratiquées, le département est divisé en trois ensembles : la zone Alpes-Mercantour, la zone Haute-Provence et la zone Verdon. Cette division est tout à la fois un atout et une faiblesse.

 Atout parce que ces différences apportent une diversité de centres d’intérêts propre à attirer les touristes. Faiblesses parce qu’elle n’offre pas à la clientèle nationale et internationale potentielle une image unique permettant de caractériser fortement le département. Dés lors, la concurrence intra régionale est forte : l’amateur de douceurs provençales se tournera vers le Vaucluse (et les Bouches du Rhône), le passionné de montagne cherchera d’abord à satisfaire ses envies dans les Hautes-Alpes et enfin, le Verdon ne sera souvent vu que comme une promenade de la journée pour le touriste goûtant les plaisirs de la Méditerranée dans le Var et les Alpes Maritimes. L’on notera d’ailleurs que ce partage correspond aussi à des tropismes centrifuges qui touchent les habitants du département, dont les activités ont du mal à se concentrer sur le département et son chef-lieu.

Ces trois zones ont donc leurs caractéristiques propres tant en matière d’offre que d’impact de la fréquentation touristique. Si le tourisme génère 10 % des emplois salariés du département, cela représente 33 % des emplois salariés pour les zones Verdon (1120 emplois) et Alpes-Mercantour (1000 emplois) et seulement 5 % (1750 emplois) pour la zone Haute-Provence. N’oublions pas que cette dernière zone englobe tout le bassin de la Durance, moteur économique du département dans tous les secteurs. Lire la suite