Exposition aux Archives départementales

Les expositions organisées par les Archives départementales en cette fin d’année ou comment faire vivre le patrimoine archivistique des Alpes de Haute Provence

Les missions des Archives départementales sont : collecter, conserver, classer, communiquer et mettre en valeur. C’est dans le cadre de cette dernière mission que sont régulièrement proposées au public des expositions gratuites mettant en valeur le patrimoine archivistique départemental, à l’initiative du Directeur Monsieur Labadie qui les crée, les organise et les coordonne. Il s’appuie pour cela sur ses recherches personnelles, souvent complétées par le travail et les recherches du personnel des archives, et notamment du service éducatif.

Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer, sur ce site, certaines des expositions précédentes. Depuis l’année dernière, et jusqu’en 2018, il a été décidé de proposer une exposition qui évolue au cours de ces 4 années sur la 1ère Guerre mondiale.

  1. L’exposition annuelle

vign_exposition-15-16...-l-enlisement-et-verdun_imgEn cette seconde année du centenaire, les Archives départementales ont donc décidé de consacrer une exposition sur l’enlisement de la Guerre à Verdun en 1915-16, visible jusqu’au 30 août 2016 : « 1915-1916 : l’enlisement et Verdun ».

Après les pertes colossales des premiers mois de la Guerre, la mortalité diminue en 1915 et fortement en 1916, malgré les grandes batailles. L’attente devenant pesante pour tous : le poilu lit et écrit, ainsi que sa famille et ses amis, il dessine, il photographie et parle de « sa guerre ». Et c’est le sujet présenté par l’exposition au travers de témoignages, lettres reproduites, instruments médicaux utilisés, équipements…

  1. L’exposition complémentaire

En parallèle, est également organisée une exposition intitulée « la seconde bataille des Alpes et les combats de l’Ubayette (hiver 44-printemps 45), par l’association « secteur fortifié du Dauphiné », visible jusqu’au 24 décembre 2015.

Elle évoque les combats et la vie quotidienne en Ubaye en 1944-1945 au travers de photographies, d’uniformes, d’armes d’époque. Y sont également associés des croquis, dessins et aquarelles réalisés par Maurice Passemard acquis en mars 2015 par les Archives départementales.

vign_la-seconde-bataille-des-alpes_imgCe dernier a participé aux combats de l’Ubaye en 44-45 en tant que soldat du 99ème régiment d’infanterie alpine et ses documents sont autant d’illustrations concrètes qui nous touchent. On soulignera la qualité des aquarelles qui permettent de donner vie à certaines scènes de la vie des soldats.

Les Alpes ont été le témoin de deux batailles : la première avait été marquée par la résistance des armées françaises aux assauts des forces italiennes en juin 40. La seconde, quant à elle, englobe les combats de libération dans les Alpes qui débute en automne 44 avec l’installation des unités françaises face aux troupes allemandes et italiennes qui occupent les crêtes et cols frontières alpins (du col de Tende au col du petit St Bernard).

Le statu quo demeure tout l’hiver qui est marqué par des activités de patrouilles, des accrochages et quelques coups de main.

C’est au printemps que les troupes françaises mènent des opérations afin de dégager des passages vers l’Italie. Mais, seule la dernière attaque dirigée sur le col de Larche, conduite du 22 au 26 avril, aboutit au contrôle de la zone et au rejet des troupes ennemies en Italie. Dans ce secteur, le dispositif allemand et italien s’appuie sur les forts de Roche-la-Croix et de Saint-Ours et sur le village de Larche. La 6e compagnie de Maurice Passemard s’empare avec le 159e RIA et le 9e Dragons du fort de Roche-la-Croix. Le lendemain, c’est au tour des forts de Saint-Ours de tomber. Le 26 avril, les chasseurs du 24e BCA atteignent Larche. Dès lors, le département des Basses-Alpes est libéré.

Le lendemain, les troupes françaises avancent en Italie et où elles combattent jusqu’à la capitulation italienne, le 2 mai 1945. Le 31 octobre 1945, à Montmélian (Savoie), le 99e RIA est dissous.

Au total, l’armée des Alpes compta 1 500 tués, disparus ou blessés.

Pour conclure, une fois de plus, nous vous conseillons d’aller visiter ces expositions très bien construites et nous saluons dans le même temps le travail réalisé et la coopération des services des Archives dans la réalisation de cet article (notamment Lucie Chaillan, animatrice du service éducatif et des actions culturelles).

Amandine Tormento

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s