Archives mensuelles : novembre 2011

Le magazine du Conseil général


 

Cliquez ici pour lire le Magazine du Conseil général 04

 

 

Le général Desmichels, un héros incompris


Il y eut une époque qui a produit des héros, celle de la grande Armée. Parmi ceux-là, Desmichels et le général Hugo « mon père ce héros au sourire si doux … !» Louis, Alexis, baron Desmichels, fils d’un boulanger des Dourbes, naquit le 15 mars 1779, place de l’évêché, à Digne.
Elevé par un oncle, curé au Val, près de Brignoles, il choisit, dès l’âge de quinze ans, la carrière militaire, par un acte volontaire de patriotisme et s’engage dans le régiment des hussards de Bercheny.
On le retrouve ensuite à l’armée d’Italie dans les guides à cheval et participe à la campagne de l’an IV. Choisi par Bonaparte qui l’emmène en Egypte, il participe à toutes les batailles ; il est nommé brigadier au siège de Jaffa. Entré comme grenadier à cheval dans la garde des Consuls, il est nommé sous-lieutenant. Il reçoit la croix de chevalier de la Légion d’Honneur à la création de l’ordre.
En 1805, la guerre contre l’Autriche ayant repris, il se fait remarquer en s’emparant de quatre cents hommes, deux drapeaux et vingt cinq canons.
A la suite de cette action, Desmichels fut nommé capitaine et promu Officier de la légion d’Honneur ; il a vingt cinq ans. A cette occasion, il s’est montré, habile stratège. Continuant cette campagne, il devient aide de camp du maréchal Bessières, duc d’Istrie. En 1807 il est nommé chef d’escadron à Eylau sur le champ de bataille et fut blessé par un biscaïen qui lui traversa la cuisse droite.
En 1808, il est promu chef d’état major du général Lefevre-Desnouettes, commandant de la cavalerie légère de la garde impériale. En 1809, il se distingue, à la tête de quatre cents chasseurs, à la bataille d’Essling et à Wagram. Promu colonel,  il servit en Espagne et en Italie à la tête du 51°Chasseurs et participe activement aux victoires de Bassano et Caldiero.
A cette occasion il reçut la croix de chevalier de la Couronne de Fer. Ses qualités exceptionnelles conduisent le général en chef de la cavalerie de la Garde, le comte Clausel, ainsi que prince Eugène commandant de l’armée d’Italie, à demander en sa faveur sa promotion au grade de général de  brigade, ce qu’il n’obtint que beaucoup plus tard.
Après le traité de Paris, l’armée d’Italie rentra en France et c’est alors que le 31°chasseurs était fusionné au 14° chasseurs que le colonel Desmichels fut mis en demi-solde. En 1815, rappelé en activité par l’Empereur il prit le commandement du 4° Chasseurs. Toujours aussi talentueux, il battit un bataillon prussien devant Charleroi et remporta une brillante victoire au Mont-Saint-Jean, à la satisfaction de son supérieur le général Domon.
Après la seconde Restauration, le colonel Desmichels, mis une seconde fois en demi-solde, fut réintégré en 1821 et obtint le commandement des chasseurs des Ardennes.
Nommé général de brigade, il reçut du roi d’Espagne, la médaille de l’ordre de Saint-Ferdinand et au même moment le roi Louis XVIII lui confirma le titre de baron. Deux ans plus tard, Charles X lui remit la cravate de commandeur de la Légion d’Honneur. Il est de nouveau en demi-solde après 1830, jusqu’en 1833. Cette année là, il reçut la mission de rétablir l’honneur de l’armée française, dans la division d’Oran. Là encore il se fit remarquer et remporta plusieurs succès importants contre la tribu guerrière des Garabas et contre les arabes commandés par l’émir Abd-el-Kader. Après ces démonstrations de force, le général Desmichels conçut un plan de pacification qui devait permettre de renforcer la cohésion sociale et le maintient de l’Algérie dans la communauté française ; aussi conclut-il un traité avec Abd-el-Kader. Il pensait que seule la paix pouvait maintenir les relations humaines entre la France et l’Algérie. Cela partait d’un sentiment de générosité et de grandeur d’âme. Desmichels tenait à faire connaître à ses concitoyens les raisons qui l’avaient poussé à accomplir ces actes diplomatiques. Il publia un ouvrage intitulé « Oran, sous le commandement du général Desmichels ». Incompris par les autorités militaires, il demanda son rappel et rentra en France en janvier1835.
Il est dommage que le général Desmichels ait fait les frais de l’incompréhension de quelques militaires ignorants et bornés.

En 1944, à la libération de Paris, le colonel Rol signa une trêve avec la garnison allemande, sans mission officielle. Le général de Gaulle en fut irrité mais ne sanctionna ni le général Chaban qui avait autorisé cette négociation ni le colonel Rol. Mais c’était de Gaulle !
La société française du XXI° siècle a évolué et si on consultait les « médias » sur ce sujet, ils seraient en plein accord avec le général Desmichels, comprenant fort bien son action, car en de telles circonstances ils privilégient la paix. Ce héros de la Grande Armée mourut à Paris le 7 juin 1845 et fut inhumé provisoirement au cimetière du Père Lachaise en attendant de reposer dans sa ville natale. Dans la mémoire collective les héros ne meurent jamais.

Louis Tartière

Que font nos amis? Le choeur AGAPANTHE


AGAPANTHE : 2001 – 2011

10 ANS DE POLYPHONIE VOCALE

 


Pour fêter le 10ème anniversaire de sa fondation, le Choeur de Chambre Agapanthe,

particulièrement attaché au répertoire baroque, propose 2 concerts exceptionnels avec l’ensemble instrumentale Concerto Barocco et solistes professionnels :

Messe en si mineur de Jean-Sébastien Bach

Du poignant Kyrie au déchirant Crucifixus, du vibrant Gloria au céleste Sanctus, venez découvrir une interprétation tout en nuances de cette oeuvre.

 Dimanche 20 novembre 2011

16h : Présentation de l’oeuvre par Gilles Cantagrel

16h30 : Concert

 Samedi 26 novembre 2011

20H30

Basilique Sainte-Clotilde

23 rue Las Cases – 75007 Paris

Métro Solférino

 ENTREES

 Plein tarif : 25 € – Prévente : 20 €

Amis d’Agapanthe : 10 €

[Devenir Ami d’Agapanthe]

LOCATIONS

Fnac – Carrefour – Géant – Magasins U – Intermarché

www.francebillet.com – www.fnac.com – www.carrefour.fr – www.billetreduc.com
>

0 892 68 36 22 (0,34 € TTC/min)

La Colle Saint-Michel


Aline Sarti est descendante de familles installées à la Colle Saint-Michel depuis au moins deux siècles. En 2005, elle s’est lancé dans des recherches historiques et généalogiques pour dresser le tableau, à travers l’histoire d’une petit village, de la vie rurale dans les Alpes de Haute-Provence. Un travail minutieux de six ans , conduit avec l’aide des habitants de la Colle Saint-Michel qui ont ouvert leurs mémoires, leurs archives, leurs maisons. L’ensemble compose, en 400 pages et 680 illustrations, une image fouillée de cette communauté rurale, en abordant les questions de territoires, d’aménagement du paysage et d’utilisation des biens naturels pour la subsistance (forêts, agriculture, pastoralisme et transhumance), de vie courante (eau, hygiène, vêtements, transports, …), de relations humaines (les croyances, les familles, les fêtes, …).

Richement illustré, cet ouvrage est édité par l’auteur et vendu par souscription (25€ + 7€) frais de port. Après la période de souscription, il sera vendu 35€. Pour le commander, utilisez le bulletin de commande ci-dessous.

commande0001

Thorame-Haute


Dans le prolongement de la célébration du centenaire du Train des pignes et du Salon du livre tenu les 9, 10 et 11 septembre à Thorame-Gare, l’Association pour la sauvegarde du patrimoine culturel de Thorame-Haute a édité et réédité deux ouvrages en lien avec l’histoire de ce lieu bien particulier :

  • Thorame-haute, au quartier de la Fleur,  la gare des Chemins de fer de Provence et la chapelle N.D. de la Fleur, livret de 16 pages, avec au sommaire le tunnel de la Colle-St-Michel, la gare, le buffet, le mur de soutènement construit suite à l’éboulement d’avril 1909, la chapelle,  sa légende raconté par Léon Richard instituteur érudit de Thorame ; les très beaux vitraux et les fresques de la chapelle ne sont pas oubliés car de nouvelles découvertes ont été faites. Cet ouvrage collectif (échange de textes et d’informations entre bénévoles) illustré avec des documents d’archives et des cartes postales anciennes est vendu 5€ (frais de port offert).
  • Notre-Dame de la Fleur, sa légende, sa statue, ses pèlerinages, mémoire de 102 pages réalisé par Félix Jaume il y a quelques années grâce à son travail de recherche ; toute l’histoire connue de la chapelle y est dévoilée avec sa part de mystère.  Il ne reste que quelques exemplaires à saisir mais un nouveau tirage est tout à fait envisageable. Vendu 10€  (frais de port offert).

 

Le produit de la vente ira au remboursement des frais engagés pour la réédition du Mémoire sur N.D. de la Fleur et permettra de soutenir les projets de l’association. Ci-joint le bon de commande (également téléchargeable sur le site de l’association : www.patrimoine-culturel-thorame-haute.sitew.com)

Visite du Sénat et dîner avec le sénateur des Alpes de Haute-Provence


Notre association se rendra au Sénat le 30 novembre 2011 pour une présentation et une visite du palais du Luxembourg, suivie d’un dîner débat avec notre sénateur Monsieur Claude Domeizel.

Pour la visite, rendez-vous devant le Sénat à 17h00 pour le dîner à 19h15. Inscription obligatoire pour participer aux deux activités, bulletin d’inscription ci-dessous.

2011 11 30 visite sénat bulletin  inscription

2011 11 30 programme visite sénat