Archives mensuelles : juin 2011

Préparez vos randonnées d’été dans le « 04 »


Moyen Verdon – 62 promenades et randonnées

Hautes vallées de l’Asse. Gorges, lacs et hautes vallées du Verdon
Gorges, lacs et hautes vallées du Verdon, 19 balades et randonnées autour de Castellane.
Carte IGN au 1 : 50 000 avec tracé en surcharge et descriptif

Hautes vallées de l’Asse, 23 balades et randonnées autour de Barrême.
Carte IGN au 1 : 50 000 avec tracé en surcharge et descriptif

Lacs et hautes vallées du Verdon, 20 balades et randonnées autour de Saint André les Alpes.

Carte IGN au 1 : 50 000 avec tracé en surcharge et descriptif
Référence : NC
Format ouvert 60 x 42 Pages 3 cartes
Année 2010 Editeur ADT04/CCMV Prix 5,00€

Saint-Pons, en Ubaye


Le village de Saint-Pons est l’un des plus anciens villages de la vallée de l’Ubaye, implanté au pied du massif de l’Épervière, à 1150 mètres d’altitude, un peu en retrait de l’Ubaye qui roule dans la plaine. Au dessus du village, hameaux ou fermes isolés partent à l’assaut de la montagne pour gagner quelques hectares supplémentaires de terres et bénéficier de l’ensoleillement exceptionnel de l' »adroit ». A ses cotés Barcelonnette, la ville nouvelle et, de l’autre coté du Riou Bourdoux, le village des Thuiles.

La grande Epervière, le Riou Bourdoux et au premier plan le village de Saint-Pons

Le Riou Bourdoux, formidable torrent à la forme parfaite, vedette des manuels de géographie, monstre dévorant la montagne n’a été domestiqué qu’à partir de la seconde moitié du XIX siècle au prix de grands efforts. De 1866 à 1914, sous la direction de Prosper Demontzey puis de ses successeurs, 550 seuils et barrages destinés à casser l’élan des eaux ont été construits et un périmètre d’engazonnement et de reboisement mis en place dans la zone du cône de réception en amont du torrent. Depuis, l’ensemble du dispositif est sous haute surveillance et les travaux d’entretien absorbent un budget conséquent assuré par les services publics, mais la commune doit aussi participer aux travaux de curage. Lire la suite

Pour ne pas oublier la Patagonie, un petit Pisco?


Mais qu’est-ce que le Pisco?
C’est une eau de vie d’Amérique Latine (Pérou, Chili). Le vin de base est issu du Moscatel, variété locale du fameux Muscat d’Alexandrie (9 hybrides du Muscat sont en fait autorisés pour la distillation). Contrairement aux eaux de vie françaises (Cognac, Armagnac), le vin subit un léger vieillissement avant distillation : il est logé dans de petites cuves ou dans des récipients de terre cuite. L’alambic traditionnel est dit à repasse, comme en cognaçais.
Bien connu aux Etats-Unis, il y a encore 20 ans, il était quasi introuvable en France : il fallut fréquenter les bars des grands hôtels parisiens ou avoir des relations … ou mieux encore aller au Chili. On le consomme nature, en cocktail, dont le fameux Pisco Sour. Dans un shaker, pressez votre citron et ajoutez-y le sucre en poudre (plus ou moins selon que vous êtes sensibles à l’acidité du citron) et le Pisco. Ajoutez le blanc d’oeuf et la glace pilée, frappez énergiquement et versez. Quelques gouttes d’angostura sur la mousse et dégustez… (10 cl de pisco , jus d’un citron vert, 1 cl de sucre , 1 blanc d’ oeufs, quelques gouttes d’ aromatic bitter (peychaud, angostura…). Bonne soirée!

Pour aller rendre visite à nos voisins transalpins, sans se perdre!


Guide de la Haute Vallée du Pô (Piémont)
Aix-en-Provence (France), le 27 juin 2011
Le Guide de la Haute Vallée du Pô (Piémont) [auteur Chantal CROVI – 224 pages, format 14x21cm, 135 photos] est le troisième volume de la collection que la maison d’édition ARTEZIN Editeur consacre au monde alpin du Piémont italien. Ce guide en français propose une approche culturelle, historique et actuelle de la haute vallée du Pô. Il invite au fil de ses pages à l’approche de cet univers valléen exceptionnel, recueilli entre Saluzzo et le Queyras, et veillé par la figure mythique d’une des montagnes emblématiques des Alpes sud-occidentales : le Mont-Viso. Une vallée qui offre aux amateurs de nature, d’histoire et de montagne des réjouissances sans fin, alpages suspendus, villages paisibles, art pictural raffiné, trésors d’architecture alpine traditionnelle. Ce guide conduit en tous lieux où naît sa beauté.
Le Guide de la Haute Vallée du Pô (Piémont) est le premier guide de la haute vallée du Pô en français. Cet ouvrage très documenté (art – nature – culture – histoire – traditions), abondamment illustré, est un merveilleux outil pour qui désire connaître ce territoire de tous temps placé au cœur des échanges entre Provence, Dauphiné et Piémont. Le guide inclut une importante rubrique pratique (accueil, musées, fêtes, gourmandise, nature, montagne) ainsi que la description de vingt-six sentiers. Lire la suite

Rencontres d’été 2011: visite du chantier ITER et du CEA de Cadarache


Nos rencontres d’été se dérouleront le jeudi 4 août 2011 sur le site ITER et CEA à Cadarache selon le programme ci-dessous.
Programme de la journée
10h30: Accueil à l’Accès chantier (accès chantier sur la RD 952 en direction de Vinon-sur-Verdon). Parking véhicules personnels
10h35-12h: conférence et visite « Les recherches sur la fusion et les enjeux d’ITER » 12h15: Formalités d’entrée sur le site du CEA
12h30-14h00: Déjeuner dans les salons du CEA
14h15-15h45: Présentation et visite des installations du CEA/Cadarache
15h45: Fin de visite et retour au parking
Les inscriptions sont prises jusqu’au 14 juillet 2011 avec chèque de réservation obligatoire pour le repas (23€) selon le  bulletin inscription rencontres été 2011 ci-joint adressé à: Jean-Claude Allard, 5 allée de Malézieu 92290 Chatenay Malabry
Attention pour votre réponse, nombre de places limité

Niveau d’emploi et taux de chômage dans le « 04 »: le début d’une embellie?


Niveau d’emploi et taux de chômage dans le département, allons-nous vers une amélioration? En tout cas, si le département est en dessous des moyennes nationales, il se comporte bien mieux que l’ensemble de la région PACA sur ces deux indicateurs si importants pour les Alpins de Haute-Provence, nous souhaitons voir continuer cette embellie. Graphiques d’évolution et commentaires ci-dessous.

Au cours de l’année 2010, le niveau de l’emploi dans le département a augmenté de +4,02%, soit une création de plus de 1230 emplois sur un an, alors que la progression en région PACA était de seulement +0,59%. Le département compte donc 31857 salariés. Cette évolution positive est due essentiellement au secteur tertiaire qui, sur un an, gagne 1276  postes (soit +5,60% contre 0,91 % en PACA), l’industrie gagne, elle, 77 emplois mais le secteur de la construction perd plus de 152 postes.

En contrepartie, au cours de la même année 2010, le taux de chômage localisé départemental baissait de – 0,3% pour se stabiliser à 10%, ce qui est toujours inférieur à la moyenne PACA qui est de  10,8% , mais supérieur à celui de la France métropolitaine qui est à 9,2%.

Le centenaire du Train des Pignes: 3 juillet 2011


Le 3 juillet 1911 circulait entre Nice et Digne les Bains, le premier train de la ligne des Chemins de Fer de Provence, le long d’un parcours sinueux de 150 kilomètres desservant 50 gares et haltes. Aujourd’hui, cette ligne assure deux trains par jour sur la totalité du parcours et une fréquence beaucoup plus élevée dans la seule plaine du Var pour transporter 500 000 voyageurs par an, empruntant ce moyen de transport pour se rendre à leur travail mais aussi pour visiter l’arrière pays niçois, les Préalpes du sud et le pays dignois. Le « train des Pignes », ainsi qu’il est appelé familièrement aujourd’hui fêtera donc son centième anniversaire le 3 juillet 2011. A cette occasion, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur exposera 60 photographies tout au long du parcours, dans les gares, près des ouvrages d’art pour montrer des épisodes de la construction de cette voie ferrée. Lire la suite

Le nouvel hôpital de Manosque, déjà un an!


 

La ville de Manosque est dotée depuis un an d’un nouveau centre hospitalier qui porte le nom de l’ancien maire de Manosque Louis Raffalli. L’activité soutenue de ce nouvel ensemble sur l’exercice 2010-2011 est bien supérieure à celle des années précédentes. Ainsi le service des urgences a une progression constante de ses activités (20 555 passages en 2007, 23 270 en 2010 et 24 551 passages sur les douze derniers mois glissant). Une progression qui ne résulte pas d’une dégradation des conditions de sanitaires et de sécurité dans le bassin manosquin, mais qui marque surtout une amélioration de la qualité des services dans le nouvel hôpital qui draine plus facilement les patients. Il en est de même pour le secteur maternité passant d’une moyenne de 600 naissances par an dans le passé à 702 naissances en 2010. Des infrastructures neuves, des équipes soignantes et de soutien de qualité et motivées pour travailler dans ces excellentes conditions, telle est la recette du succès de l’hôpital de Manosque. Ceci a conduit la direction et les médecins à consolider leurs ambitions, notamment pour développer « une communauté hospitalière de territoire avec les hôpitaux d’Aix, Digne, Salon et Pertuis, pour mettre sur pied une offre de soins aussi diversifiée que possible« selon le directeur.

Voila une bonne nouvelle pour le soutien des populations rurales. Nous savons tous que chaque village ne peut avoir une offre couvrant tous les besoins. Mais les solutions les plus courantes pour des séjours hospitaliers ou des consultations spécifiques, consistait jusqu’à présent à aller à Marseille, avec les problèmes de déplacement pour les patients comme pour les familles et de ce fait les visites rares et chères.

Observons donc avec attention la mise en place de la couverture hospitalière sur le département et les synergies que le réseau hospitalier actuel saura créer pour faciliter les choix des patients, répondre à leurs besoins et penser à faciliter l’accompagnement familial du malade.

Pour vous renseigner sur les compétences du centre hospitalier:

http://etablissements.hopital.fr/annuaire_structure.php?id=103