Alpins de Haute Provence dans le sud saharien algérien

La traversée à pied du plateau des tassili N’Ajjers (Tassili signifie «plateau»).

 Nous y accédons, de Djanet, en 4×4 (30 mn environ) pour atteindre l’akba (passage) Tafilalet où nous attend l’équipe d’âniers avec les ânes qui porteront nos bagages et l’intendance.

Art rupestre sur le "tassili N’Ajjers"

Pour atteindre cet endroit merveilleux, patrimoine mondial de l’UNESCO en raison de l’art rupestre partout présent ainsi que de sa flore, nous commençons notre progression dès le petit matin, environ 6 h 30 de marche pour parvenir au bivouac du soir, avec en prime 1200 m de dénivelé. Loin de l’activité humaine, c’est un plongeon dans l’histoire d’un « musée à ciel ouvert » et le plaisir d’être dans la nature. Sur ce plateau subsistent des cyprès millénaires, mais aussi une flore de type méditerranéen, épargnée par l’absence d’activités humaines. Voici à présent quelques noms des sites du plateau que nous traversons:  Tamrit (prénom d’une femme), début de la « forêt de pierre » ;   Sefar où Henri Lhote a séjourné longuement pour étudier les peintures rupestres ;  Jabaren (les géants) (nous descendons vers la vallée depuis ce dernier endroit d’où une vue grandiose nous est offerte), et d’autres encore, chacun étant nommé, ce qui indique qu’ils étaient parcourus il y a encore quelques années.

On peut voir dans ce parc national de nombreuses peintures rupestres (notamment dans l’Oued Djerat et sur le plateau de Sefar) rappelant que le Sahara était autrefois une contrée verdoyante et fertile. Nombreux sont les dessins représentant des troupeaux de bovins menés par des bergers. Le Tassili N’Ajjer est composé de grès, couches superposées de vase et de sable solidifiés, issus des mers qui couvraient la totalité du plus grand désert du monde. Il y a plusieurs milliers d’années vivaient ici des hommes qui ont laissé la trace de leurs préoccupations quotidiennes ; on trouve en effet des scènes de chasse, de danse et de prière.

A la fin du trek l’équipe de chauffeurs nous attend au pied du passage à la descente de Jabaren. Puis nous retournons à Djanet en 4X4, où le passage au hammam, et la visite de l’oasis s’imposent avant le départ vers l’aéroport.

 Exploration à pied et en 4×4 de la Tadrart rouge.  A partir de Djanet nous commençons notre progression en 4X4 vers la vallée de la Tadrart rouge, du nom de la couleur de son sable, que nous atteignons après 4 h environ de route et de piste. Nous traversons divers types de paysages durant ce voyage.

Ekanassyt, le hérisson

Nous entrons dans la Tadrart par l’oued In Djaren et nous commençons notre progression à pied pour accéder aux sites principaux suivants :  le canyon très étroit;  Tamesguida, rochers en forme de cathédrales ;  Moul-naga, du nom d’un rocher qui représente la chamelle, où nous y verrons le premier cordon de dunes ;  In Zawaten et sa superbe gravure de la vache au collier ;  In Téhaq, l’arche ;  Ekanassyt, le hérisson ;  Wan-zawaten ;  Tin Merzouga et sa dune haute de 1045 m, nous l’avons gravie pour assister au coucher de soleil et voir au loin la chaîne de l’Akakuss en Lybie ;  Imesneguy, le cirque….et bien d’autres endroits merveilleux.

L’art rupestre est très présent et jalonne notre randonnée. A la fin de la randonnée nous sortons de l’oued In Djaren et après un dernier bivouac festif, nous entamons le retour vers Djanet en 4X4 , où nous retrouverons le hammam pour notre plus grand plaisir.

Gérard Laugier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s